L’île du docteur Moreau – H.G Wells

« Je perçus clairement, pour le première fois, ce qui m’offensait dans leur contenance, ce qui m’avait donné ces deux impressions incompatibles et contradictoires de complète étrangeté et cependant de singulière familiarité. Les trois créatures qui accomplissaient ce rite mystérieux étaient de forme humaine et cependant, ces êtres humains évoquaient dans toute leur personne une singulière ressemblance avec quelque animal familier »

Unique survivant d’un naufrage, Edward Prendick erre sur les flots durant plusieurs jours. Alors que son état est critique, un navire le repêche et un docteur, du nom de Montgomery, le réanime.  Prendick découvre alors la cargaison du bateau : de nombreux animaux sauvages en cage. Lorsque Montgomery arrive à destination le capitaine du navire oblige Edward Prendick à le suivre. C’est ainsi que Prendick se retrouve sur une île inconnue en compagnie de Montgomery et de quelques hommes à l’aspect étrange.

En découvrant que l’île appartient au docteur Moreau, Prendick se souvient des travaux de ce scientifique sur l’espèce animale qui, une fois connu du grand public, lui avait obligé de quitter l’Angleterre. Moreau pratiquerait la vivisection d’une manière on ne peut plus cruelle.

Prendick se rend alors compte que l’île est le théâtre d’abominable expériences et que ces hommes si particuliers ne semblent pas être étranger aux expérimentations du docteur Moreau.

 ***

 J’attendais beaucoup de ce roman. Le résultat est malheureusement décevant.

H.G Wells (1866-1946) nous invite à réfléchir sur la part animale de l’humanité. On finit par ne plus savoir si l’humanité présente dans ces animaux-humanisés provient de l’animal ou des modifications humaines que leur a fait subir Moreau. Et qui de l’homme ou de l’animal possède le plus d’humanité.

Moreau apparaît comme un homme n’ayant aucune conscience, ne ressentant pas même de la haine face à ces créatures, seul la recherche de la perfection l’anime, oubliant ainsi le but premier de la science : aider l’homme. La description des séances de tortures, ou du moins des cris des animaux fait froid dans le dos. Le deuxième personnage est Montgomery qui, bouleversé par les expériences inhumaines du docteur Moreau, finit par se sentir plus proche des monstres que des hommes. Le narrateur, quant à lui, est complètement dépassé par les évènements. A certains moments, il  parvient difficilement à définir où se trouve l’humanité : est-ce dans le regard de cet animal-humanisé terrifié à l’idée de souffrir à nouveau ou est-ce dans la communauté humaine, berceau logique de l’humanité, représenté ici par un scientifique n’ayant aucune limite ?

La très mauvaise traduction de Henry D. Davray pour Folio (ou l’écriture de Wells ?)  m’a empêché d’apprécier le livre. Certains passages sont difficilement compréhensibles et les scènes d’actions et de suspense, pourtant assez présentes dans le livre, ne sont par conséquent pas efficaces.

Une lecture laborieuse à cause de la traduction, ce qui est vraiment regrettable, le sujet du livre étant intéressant.

Publié en 1896

Publicités

2 réflexions sur “L’île du docteur Moreau – H.G Wells

  1. Bonsoir, je suis en train de terminer « Un homme de tempérament » de David Lodge sur la vie amoureuse (surtout) de H.G. Wells; quel homme c’était. Elles tombaient presque toutes dans ses bras. En revanche, je n’ai pas lu ce roman ci de Wells. Ton billet ne me donne pas forcément envie. Dommage. Bonne soirée.

    • Bonsoir Dasola, j’ai entendu parler du livre de David Lodge et effectivement il semble que Wells était un sacré tombeur !
      Pour L’île du docteur Moreau je te conseille tout de même de te faire ton avis : je n’ai pas apprécié cette lecture mais j’en attendais quelque chose d’autre, de plus profond peut être. Et pour la traduction il existe peut être d’autres traducteurs, faire attention si tu achètes le livre! En tout cas, même si mon premier essai de Wells ne s’est pas déroulé comme souhaité, je vais quand même lire ses autres livres par pure curiosité littéraire 🙂
      Merci pour ton passage ici, je découvre ton blog par la même occasion et je suis impressionnée par ta productivité !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s