Un livre appartient-il à son auteur ?

   opalka2       Cette question m’est venue à l’esprit lorsque j’ai découvert qu’Umberto Eco s’apprêtait à re-publier Le nom de la Rose en le remaniant. L’intrigue resterait la même, pas de changement au niveau des personnages, le vrai changement s’opérerait dans l’écriture elle-même de Monsieur Eco.

Le Nom de la rose a été publiée en 1980. De contenu assez complexe, ce thriller a tout de même était un véritable succès, et fut également adapté au cinéma. En l’ayant lu cette année, je peux  affirmer qu’il ne s’agit effectivement pas d’un roman facile. J’entends pas là que la lecture demande parfois une certaine dose de courage pour braver les passages en latin, et un accès à Wikipedia pour s’éclairer sur les détails historiques de cette période.

Eco dit vouloir aider la nouvelle génération de lecteurs à découvrir son livre. Pierre Assouline y voit une offense : « Eco se serait-il cyniquement convaincu que les jeunes générations du début du XXIème siècle largement numérisées sont déjà moins cultivées que les précédentes au point de leur proposer un Nom de la rose pour les nuls avec qu’il faut de liens hypertexte pour pallier leur ignorance crasse ? On voit ce que la librairie, l’édition et l’auteur peuvent y gagner, mais la littérature ? »

Et bien justement, je trouve que la littérature a beaucoup a y gagné. Proposer une ré-écriture du Nom de la Rose m’apparaît comme une réelle innovation et une curiosité littéraire peu usitée.  Qu’on laisse certains auteurs écrire une suite d’un livre dont ils n’ont pas la paternité (Alexandra Ripley ayant écrit la suite d’Autant en emporte le vent par exemple), me choque énormément. Mais qu’on s’offusque parce qu’un auteur décide de remanier son propre livre, de proposer quelque chose qu’il souhaite être en lien avec notre génération (1980, ça fait déjà 30 ans mine de rien), je trouve cela grotesque.

La réaction de Pierre Assouline montre bien que certaines personnes considèrent la littérature comme figée. Dans une époque où la littérature est en mouvement, ne serait-ce qu’à travers les livres numériques et les liens hypertexte, il me semble dommage de cracher sur une idée. Une œuvre appartient à son auteur.

Pourquoi Umberto Eco a-t-il décidé de remanier son livre ? Modernité ou argent ? Umberto Eco avait parfaitement conscience de la  difficulté d’accès de son œuvre, comme il l’explique dans l’Apostille que l’on retrouve en fin du Nom de la Rose. Peut-être a-t-il changé d’avis et s’est dit que la littérature devait être accessible à tous, et non pas seulement aux happy fews.

Quoi qu’il en soit, la deuxième version n’efface pas la première, les deux peuvent coexister. Le résultat manquera peut être d’intérêt, certaines personnes iront peut être directement vers cette version modernisée, d’autres liront peut être les deux, cette manière de faire sera peut être étudiée en cours…

Laissons faire et voyons au mois d’octobre ce qu’Umberto Eco a fait.

Sortie le 5 Octobre 2011 en Italie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s