Madame Bovary – Gustave Flaubert

Oh oui le Bovarysme

Que dire qui n’a pas déjà été dit sur cet incontournable de la littérature française ? Madame Bovary serait même un classique parmi les classiques. Alors je me suis interrogée à son sujet. Je connaissais l’histoire, le personnage d’Emma me semblait  presque familier sans même avoir lu une seule ligne de ce livre, alors pourquoi le lire ?

La question est volontairement bête, il est évident qu’un livre mérite d’être découvert quand bien même on sait tout à son sujet. De Flaubert je ne connaissais que L’éducation sentimentale, dont l’écriture m’avait plu mais la trame du roman beaucoup moins. J’ai donc ouvert Madame Bovary avec le sentiment de me plonger dans une lecture qui ne me plairait sans doute pas beaucoup, mais qu’il faut expérimenter, pour comprendre le pourquoi du classique.

J’ai bien vite retrouvé le plaisir du texte de Flaubert, cette façon de conter et de décrier en même temps. L’atmosphère des villages  français du XIXème siècle, la prétention de certains habitants et la bassesse des autres. Emma est, contre toute attente, un personnage attachant. Toutefois, malgré ses envolées romanesques elle n’échappe pas à la prétention et à la bêtise, se révélant bien souvent plus que méprisante envers ceux qui ne correspondent pas à son idéal : le personnage de Charles Bovary étant  très certainement la plus grosse victime de ce roman.

Et puis elle se suicide, comme ça très vite, pour des problèmes d’argent, pour une incapacité à sortir la tête de l’eau et à accepter la réalité qui l’entoure, pour un ras le bol général de son existence. La scène de suicide est d’ailleurs un véritable bijou.

On se régale, on s’amuse, on se moque, on compatit, on se délecte de cette étude des mœurs.

Je conclurai donc cet article par une phrase sans grand intérêt mais… je suis ravie d’avoir lu ce roman !

***

Madame Bovary, Gustave Flaubert
Paru en 1857
Lu en Garnier-Flammarion, 1966
329 p.
La première de couv. sur le blog ne correspond pas à celle de l’édition.
Publicités

6 réflexions sur “Madame Bovary – Gustave Flaubert

    • Effectivement ce livre demande une certaine complicité déjà établie avec la littérature. Qu’on puisse le donner à étudier au collège ou au lycée me semble à la limite du barbare !

  1. J’avais adoré ce roman ! il m’a beaucoup marquée. J’avais 15-16 ans quand je l’ai lu.
    Et comme tu dis, pauvre Charles… Et idem que George, faut que je le relise pour voir comment je le perçois avec mes yeux un peu plus vieux… (si peu !)

    • Bravo si en le lisant jeune il t’a plu ! Quand je parle de ce livre autour de moi, ceux qui l’ont lu jeune n’en garde pas un super souvenir, du coup ta maturité littéraire est épatante ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s