Le mur invisible – Marlen Haushofer

Une catastrophe sans doute planétaire, mais dont l’origine chimique ou nucléaire restera indéfinie, va bouleverser l’existence d’une femme ordinaire. A la suite d’un concours de circonstances, elle se retrouve seule dans un chalet en pleine forêt autrichienne, séparée du reste du monde par un mur invisible au-delà duquel toute vie semble s’être pétrifiée durant la nuit. Le chalet est confortable, équipé de provisions et des objets de première nécessité. L’héroïne, tel un moderne Robinson, va organiser sa survie en compagnie de quelques animaux familiers.

***

Un livre sur la solitude,  la féminité,  la survie. Sur ce besoin de tenir malgré tout pour soi ou pour les autres. La narratrice  débute son récit dans un besoin de partage. Voilà  quelques mois que cette femme est seule, enfermée dans cette montagne par un mur invisible, monté au cours d’une nuit.   A bien y regarder, les animaux et les hommes se trouvant de l’autre côté du mur semblent figés, comme prisonniers éternels du temps.

Bien sûr la narratrice se pose beaucoup de questions sur la présence de ce mur, elle cherche un moyen de passer de l’autre côté, mais si passer de l’autre côté lui causait une mort immédiate ? Acceptant alors sa situation, la narratrice décide de vivre, en attendant d’éventuel secours. Accompagnée d’un chien, elle explore cette montagne et vient ajouter un chat et une vache à ses compagnons. Le lecteur suit la vie de cette femme avec ses mémoires, son histoire qu’elle décide d’écrire pour échapper à la peur, à cette solitude humaine.

C’est un livre étrange, une histoire étonnante et émouvante. Celle de cette femme qui doit réapprendre à vivre avec la nature, oublier la notion de temps ; de cette mère qui réfléchit sur sa vie désormais passée. Où trouver la force de continuer ? L’angoisse de vivre est-elle plus forte que celle de partir ? Comment réagir dans cette situation extrême ?

Beau portrait de femme, voire d’humanité.

***

Le mur invisible, Marlen Haushofer
Publié en 1968, édition de 1992
Babel
321 p.
Traduit de l’allemand parr Liselotte Bodo et Jacqueline Chambon
Publicités

4 réflexions sur “Le mur invisible – Marlen Haushofer

    • Pour le moment je n’ai eu que des retours positifs sur ce livre ! Merci pour ton passage pendant cette période estivale 🙂

  1. Pingback: "Je redoute les pensées de l’aube." | Cunéipage

  2. Pingback: Le mur invisible – Marlen Haushofer | Synchronicité et Sérendipité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s