Truismes – Marie Darrieussecq

 » Le directeur a été très gentil avec moi le jour de mon embauche. J’ai eu la permission de gérer ma parfumerie toute seule. Ça marchait bien. Seulement, quand les premiers symptômes sont apparus, j’ai dû quitter la parfumerie. Ce n’est pas une histoire de décence ni rien ; c’est juste que tout devenait trop compliqué. Heureusement, j’ai rencontré Edgar, et Edgar, comme vous le savez est devenu président de la République. C’était moi l’égérie d’Edgar. Mais personne ne m’a reconnue. J’avais trop changé. Est-ce que j’avais raté la chance de ma vie ? En tout cas, je ne comprenais toujours pas très bien ce qui m’arrivait. C’était surtout ce bleu sous le sein droit qui m’inquiétait… »

***

J’ai pris ce livre intriguée par cette histoire de femme qui se transforme en truie. J’aime les histoires de métamorphose, par conséquent, ce livre devait être lu. La narratrice, déjà transformée en truie, décide d’écrire son incroyable histoire.

La transformation de cette jeune femme s’est faite progressivement. Tout d’abord elle prend un peu de poids. Cette prise de poids est harmonieuse et son corps ne laisse alors personne indifférent : elle est appétissante et tout le monde souhaite en avoir un peu. Elle trouve du travail dans une parfumerie qui s’avère être plus proche d’une maison close que de Sephora. Le temps passe, les clients sont ravis, elle rencontre un jeune homme avec qui commence une histoire d’amour, tout va pour le mieux. Mais cette prise de poids ne s’arrête pas, et la jeune femme passe d’appétissante à repoussante. Tout s’effondre, elle perd son travail, son compagnon, son toit, et petit à petit son apparence humaine.

Et tout  part alors en sucette.Le livre qui flirtait déjà avec le malsain se vautre dedans. Les politiciens sont immondes, les hommes en général n’ont plus aucune morale ou retenue, et cette pauvre femme-truie se retrouve bien souvent dans des situations dégradantes, sans avoir trop l’air de s’en offusquer.

Si j’ai apprécié le récit  sur cette transformation animale qui s’opère, j’ai lu le reste de l’ouvrage en me demandant exactement ce que j’étais en train de lire. C’est un livre violent. Ce que dit l’auteure est intéressant mais personnellement je n’ai pas accroché à ce livre, que ce soit l’histoire ou le style. C’est une expérience de lecture, un livre court qui dérange lorsque qu’on le lit mais qu’on oublie bien vite (j’ai, par exemple, complètement oublié la fin du livre).

***

Truismes – Marie Darrieussecq
Publié en 1996, édition de 2008
Folio
148 p.
Publicités

2 réflexions sur “Truismes – Marie Darrieussecq

    • Au niveau du changement physique, je trouve les propos de l’auteure réussis, mais après je n’ai pas vu ou pas compris le message qui s’en dégage, j’ai comme une impression d’inassouvi quand je repense à ce livre
      Merci pour ton passage, je file sur ton blog 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s